Issu d’une famille de boulangers depuis cinq générations, c’est dans un joli petit village allemand perdu au milieu des forêts de la Hesse que Gerhard Weber voit le jour. Il porte encore des culottes courtes lorsqu’il met la main à la pâte, et s’initie ainsi à son futur métier. Lorsqu’il n’est pas au fournil, c’est au piano que Gerhard aime passer du temps pour s’évader. À 18 ans, il s’envole vers la capitale afin de parfaire sa formation de boulanger-pâtissier dans différentes maisons. Il a soif d’apprendre et son exigence le pousse à partir à l’étranger pour se perfectionner et découvrir d’autres techniques. Il regarde les petites annonces dans les journaux professionnels en quête de sa prochaine expérience…

Quand Sylvie Blum naît à Paris, son père allemand et sa mère française œuvrent depuis longtemps pour le rapprochement des deux pays. La pâtisserie Viennoise, fondée en 1956 à Paris dans le 17ème arrondissement, est en effet le premier établissement parisien à proposer des pâtisseries allemandes et autrichiennes. Sylvie grandit également près du fournil, et pianote, elle aussi, mais sur un clavier d’ordinateur, car elle se destine à des études d’informatique. La vie en décide pourtant autrement ! L’établissement est en plein expansion, un salon de thé ouvre ses portes au-dessus de la boutique, la clientèle afflue, on lui demande de prêter main-forte. Elle fait très vite partie intégrante de l’entreprise, et en devient la gestionnaire. Côté production également, un nouveau pâtissier serait le bienvenu, une petite annonce dans les journaux professionnels est donc passée…

Depuis, Sylvie et Gerhard Weber ont repris le flambeau de l’affaire familiale avec brio. Ils créent une nouvelle enseigne, Le Stübli, et réorganisent l’entreprise pour lui donner un nouveau dynamisme, tout en perpétuant le mélange culturel franco-allemand auquel ils restent très attachés. Le succès et la renommée ne cessent alors de croître, l’adresse devient un lieu incontournable pour les amoureux de la gastronomie allemande, et pour les passionnés de pâtisserie tout simplement.

Récemment, désireux de se retrouver et de prendre un repos bien mérité, Sylvie et Gerhard décident de céder l’affaire et de prendre une année sabbatique et sympathique. Ils profitent de leur temps libre pour voyager, s’informer, sentir l’air du temps et s’en inspirer pour leur prochain challenge. Le snacking devenant un mode de consommation très recherché, ils l’associent à leur savoir-faire et à leur spécificité pour inventer un nouveau concept , le snack’issime, porté par une nouvelle enseigne : LE STUBE.