Une histoire d'amour franco-allemande & gourmande

ADRESSES

Le Stube Richelieu

31, rue de Richelieu 75001 PARIS

Accès :

Palais Royal Palais Royal Pyramides Pyramides

21 - 27 - 39 - 48 - 68 - 69 - 72 - 81 - 95

+ 33 (0)1 42 60 09 85

Lundi : 11h30-15h30

Mardi : 11h30 - 15h30

Mercredi : 11h30 - 15h30

Jeudi : 11h30 - 15h30

Vendredi : 11h30 - 15h30

Samedi : 11h30 - 19h00

FERME ACTUELLEMENT

Le Kiosque du Stube

Centre culturel Allemand
Goethe Institut 17, avenue Iéna 75016 PARIS

Accès :

Iéna Iéna

32 - 63 - 82

+33 (0)1 47 23 71 52

Lundi : 11h - 18h

Mardi : 11h - 18h

Mercredi : 11h - 18h

Jeudi : 11h - 18h

Vendredi : 11h - 16h

Samedi : 10h30-15h (sauf vacances scolaires)

FERME ACTUELLEMENT

Le Jumelage : une (belle) affaire franco-allemande !

Écrit par admin, le 14 octobre 2012

Un exemple de jumelage parmi des centaines d’autres ! Le Stube est attaché aux symboles de l’amitié franco-allemande.

On compte aujourd’hui plusieurs centaines de jumelages entre des territoires français, allemands et anglais et même extra européens. Mais c’est bien sous l’impulsion de l’amitié franco-allemande il y a une soixantaine d’années que les jumelages ont pris leur essor.

Et oui le Stube est l’ambassadeur de la cuisine et des spécialités allemandes à Paris, mais vous le savez, son histoire est également liée à l’amitié entre la France et l’Allemagne. C’est pourquoi, nous avons décidé de vous parler aujourd’hui de ces fameux jumelages qui permettent à deux territoires, le plus souvent des communes, d’entretenir des relations privilégiées, notamment par le biais d’échanges culturels, linguistiques et scolaires. Goethe et Voltaire seraient bien fiers de voir chaque année tant d’enfants passer les frontières, visiter des villes jumelées à la leur, apprendre la langue de leurs camarades européens et revenir chez eux la tête pleine de si jolis souvenirs !

Déjà au Moyen-Age

Selon Wikipedia, le premier jumelage serait à mettre à l’actif des villes de Paderborn et du Mans ; et remontrait à l’an 856… Il faut tout de même rappeler que peu de temps auparavant, ces villes étaient sous une autorité unique, celle d’un certain Charlemagne… Au fil du temps, des échanges se poursuivent. Au 18e siècle, les élites allemandes parlent parfaitement le français, même si le contraire n’est pas vrai. Mais le véritable coup d’envoi des jumelages et des échanges bilatéraux si enrichissants est donné après-guerre, dans une ambiance de réconciliation, de fraternité et  de construction de l’Europe, qui aboutiront à la signature du traité de l’Elysée par Konrad Adenauer et Charles de Gaulle.  Nous en fêterons prochainement (déjà !) les 60 ans (le 22 janvier 2013).

Qui sont donc ces deux jeunes gens qui s’apprêtent à convoler en juste noce ? Un indice : un Allemand et une Française…

Une bien belle union

Les prémices des jumelages franco-allemands sont à mettre à l’actif de Lucien Tharradin dans les années 50. Cet ancien déporté, alors  Maire de Montbéliard, pose les fondations d’un rapprochement avec la ville de Ludwigsburg dans le Bade-Wurtemberg. Petite anecdote : à cette même époque, une lycéenne française des Yvelines participe à ses échanges culturels et fait plusieurs séjours chez sa correspondante à  Pirmasens. Son charme ne laisse pas insensible un jeune allemand, qui lui, n’a jamais quitté son Allemagne natale, et qui n’hésitera pas à entreprendre un long voyage en side-car pour retrouver la jolie lycéenne. L’histoire s’emballe, elle est belle : en 1952, les amoureux convolent en juste noce, comme un symbole de l’amitié franco-allemande. Vous avez reconnu les protagonistes de cette belle histoire ?

A très bientôt

L’équipe du Stube

Catégories : Historique / Le Stube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *