Une histoire d'amour franco-allemande & gourmande

ADRESSES

Le Stube Richelieu

31, rue de Richelieu 75001 PARIS

Accès :

Palais Royal Palais Royal Pyramides Pyramides

21 - 27 - 39 - 48 - 68 - 69 - 72 - 81 - 95

+ 33 (0)1 42 60 09 85

Lundi : 11h30-15h30

Mardi : 11h30 - 15h30

Mercredi : 11h30 - 15h30

Jeudi : 11h30 - 15h30

Vendredi : 11h30 - 15h30

Samedi : 11h30 - 19h00

FERME ACTUELLEMENT

Le Kiosque du Stube

Centre culturel Allemand
Goethe Institut 17, avenue Iéna 75016 PARIS

Accès :

Iéna Iéna

32 - 63 - 82

+33 (0)1 47 23 71 52

Lundi : 11h - 18h

Mardi : 11h - 18h

Mercredi : 11h - 18h

Jeudi : 11h - 18h

Vendredi : 11h - 16h

Samedi : 10h30-15h (sauf vacances scolaires)

FERME ACTUELLEMENT

Le Stübli nous étions, le Stube nous sommes !

Écrit par admin, le 28 janvier 2011

Le Stübli, c’est vous ?

-Oui, enfin c’était nous.

-Et le Stube, donc, c’est vous ?

-Oui, c’est nous.

-Ah, ok…

Pour notre équipe, celle du Stube, cette conversation n’a rien d’imaginaire, ni surtout rien de rare…  C’est en fait même tout le contraire ! Nous avons déjà dû l’avoir une bonne centaine de fois depuis l’ouverture du Stube, au 31 rue de Richelieu, en avril 2010. Reconnaissons-le, entre le Stube et le Stübli, les identités sont encore un peu difficiles à cerner. Alors, de peur que les amateurs de cuisine et de pâtisserie allemande n’y perdent leur latin – ce qui serait un comble -, nous avons décidé de mettre les points sur les « i », ainsi que les umlauts là où ils doivent l’être !

Pour ce faire, imaginons donc un instant le même dialogue qu’au début de ce billet. Nous pourrions adresser à notre interlocuteur, sous forme de clin d’œil, deux conclusions préparées d’avance. A un amateur de conjugaison : « Le Stübli nous étions ; le Stube nous sommes ». A un fondu d’histoire : « Le Stübli est mort, vive le Stube ». Vous l’aurez compris, après le Stübli qui fut notre premier établissement parisien, nous avons décidé de créer le Stube l’an passé. En d’autres termes, le Stübli n’existe plus, il a été remplacé par le Stube. A ce stade de lecture, amateurs de Currywurst, nous sentons pointer votre prochaine question de l’autre côté de l’écran : mais pourquoi donc ?

Le Stube allie modernité et tradition

Un petit retour dans le passé permet souvent d’éclairer le présent. Notre précédente enseigne, qui allait prendre le nom de Stübli, avait ouvert ses portes dans le 17e arrondissement en 1956. D’abord pâtisserie, le Stübli devint aussi par la suite salon de thé. A en juger par la fidélité de ses clients et une popularité jamais démentie, il était incontournable en termes de gastronomie allemande. Après avoir longuement réfléchi, nous avons eu le souhait de créer un concept nouveau, plus moderne et dans l’air du temps, sans oublier d’y intégrer, comme dans un bon plat, les ingrédients qui avaient fait le succès du Stübli : un lieu d’échange culturel, de convivialité et de bien-être.

Finalement, qui est né de cette démarche ? Le Stube, évidemment ! D’un agencement et d’une décoration résolument modernes, le Stube n’en reste pas moins garant d’un demi-siècle de tradition culinaire allemande à Paris. Ach, on ne badine pas avec la tradition (non mais !). En bref, que vous ayez envie de retrouver un petit bout d’Allemagne à Paris, de savourer quelques spécialités d’outre-Rhin, ou encore, de déguster une Beck’s  bien fraîche, c’est bien au Stube que nous vous invitons à nous rendre visite. En plus, on peut d’ores et déjà vous faire une promesse. Si après avoir lu ces lignes et poussé la porte de notre Imbiss-Restaurant, vous vous dites heureux d’être au Stübli, vous serez tout de même  les bienvenus !

Enfin, puisqu’il en est encore temps, nous vous souhaitons une excellente année 2011 à toutes et à tous. Tschüss et à bientôt… au Stube !

L’équipe du Stube

Catégorie : Le Stube

Les commentaires

  1. HUN Pascal dit :

    le STUBE est vraiment cet endroit comme nous aimons en fréquenter aujourd’hui, convivial, beau , accueillant et ou l’on y découvre des spécialités culinaires que nous n’avons pas l’habitude de gouter faites de produits frais , préparées avec l’amour du métier et l’envie de vous régaler les papilles
    continuez sur cette voie LE STUBE
    et vous enchanterez bientôt tout paris de vos spécialités

  2. schönauer dit :

    mais pourquoi donc « LE » stube alors que cela devrait s’appeler « LA » stube? pourquoi avoir affublé « die stube » du genre masculin???? nichts für ungut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *