Une histoire d'amour franco-allemande & gourmande

ADRESSES

Le Stube Richelieu

31, rue de Richelieu 75001 PARIS

Accès :

Palais Royal Palais Royal Pyramides Pyramides

21 - 27 - 39 - 48 - 68 - 69 - 72 - 81 - 95

+ 33 (0)1 42 60 09 85

Mardi : 11h30 - 22h30

Mercredi : 11h30 - 22h30

Jeudi : 11h30 - 22h30

Vendredi : 11h30 - 22h30

Samedi : 11h30 - 22h30

Le Kiosque du Stube

Centre culturel Allemand
Goethe Institut 17, avenue Iéna 75016 PARIS

Accès :

Iéna Iéna

32 - 63 - 82

+33 (0)1 47 23 71 52

Lundi : 10h30 - 18h

Mardi : 10h30 - 18h

Mercredi : 10h30 - 18h

Jeudi : 10h30 - 18h

Vendredi : 10h30 - 16h

Samedi (nouvelle ouverture) : 11h-15h

Ouverture jusqu'à 19h ou 20h selon cours et programmation culturelle de l’Institut Goethe

Il était une fois…

Issu d’une famille de boulangers depuis cinq générations, c’est dans un joli petit village allemand perdu au milieu des forêts de la Hesse que Gerhard Weber voit le jour. Il porte encore des culottes courtes lorsqu’il met la main à la pâte. Depuis, il n’est jamais loin du fournil, et lorsqu’il n’y est pas, c’est au piano que Gerhard aime passer du temps et composer. À 18 ans, il quitte l’entreprise familiale et s’installe à Bonn afin de parfaire sa formation de boulanger-pâtissier dans différentes maisons de prestige. Il a soif d’apprendre et son exigence le pousse à partir à l’étranger pour se perfectionner et découvrir d’autres techniques. En mai 1986 il regarde les petites annonces dans les journaux professionnels en quête de sa prochaine expérience…

Quand Sylvie Blum naît à Paris, son père allemand et sa mère française œuvrent depuis longtemps pour le rapprochement des deux pays. La pâtisserie Viennoise, fondée en 1956 à Paris dans le 17ème arrondissement, est en effet le premier établissement parisien à proposer des pâtisseries allemandes et autrichiennes. Sylvie grandit également près du fournil, et pianote, elle aussi, mais sur un clavier d’ordinateur, car elle se destine à des études d’informatique. La vie en décide pourtant autrement ! L’établissement est en plein expansion, un salon de thé ouvre ses portes au-dessus de la boutique, la clientèle afflue, on lui demande de prêter main-forte. Elle fait très vite partie de l’entreprise, et en devient la gestionnaire. Mais voilà côté production les effectifs s’avèrent insuffisants, un nouveau pâtissier serait le bienvenu. Et c’est un jour de mai 1986 que Sylvie passe une petite annonce dans les journaux professionnels …

C’est avec brio que Sylvie et Gerhard Weber ont repris le flambeau de l’affaire familiale. Ils créent une nouvelle enseigne, Le Stübli, et réorganisent l’entreprise pour lui donner un nouveau dynamisme, tout en perpétuant le mélange culturel franco-allemand auquel ils restent très attachés. Le succès et la renommée ne cessent alors de croître, l’adresse devient un lieu incontournable pour les amoureux de la gastronomie allemande, et pour les passionnés de pâtisserie tout simplement.

En 2008, Sylvie et Gerhard décident de céder Le Stübli  et de prendre une année sabbatique et sympathique afin de se ressourcer et de s’inspirer pour leur prochain challenge : associer leur savoir-faire et leur spécificité pour créer un nouveau concept de gastronomie franco-allemande à leur image et ce, porté par une nouvelle enseigne :

Le Stube est né : Restaurant –  Snack’issime pour une consommation nomade – Pâtisserie-Café pour un « Kaffee und Kuchen » comme en Allemagne.

Trois manières de savourer les spécialités concoctées avec amour et savoir faire par Gerhard